Les actualités de MANIKA

MANIKA engagée auprès de Magie à l’hôpital !

No comments

MANIKA engagée auprès de Magie à l’hôpital pour contribuer aux bien-être des enfants hospitalisés et de leurs proches.

Très engagée dans la vie associative et conformément à ses valeurs humanistes, MANIKA soutient depuis plusieurs années des associations telles que les Restos du cœur dans la lutte contre la précarité, mais également Magie à l’hôpital, qui œuvre pour le bien-être des enfants hospitalisés.

Au travers de son programme « MANIKA du Cœur », consistant à récolter des dons, MANIKA aide des familles à vivre l’hospitalisation et la maladie avec plus de légèreté. Depuis 2021, la somme récoltée contribue à l’amélioration des conditions d’hospitalisation des enfants, notamment par le biais de spectacles et de la réalisation de rêves.

ZOOM sur Magie à l’hôpital : de la magie et des rêves pour les enfants

Chaque année en France, c’est plus de 2 millions d’enfants et d’adolescents qui sont hospitalisés.

Fondée en 2006 par Eric FROT, « Magie à l’hôpital » est une association reconnue d’Intérêt Général. Son histoire remonte à l’année 1999, qui marque le début des interventions du Groupe Régional des Magiciens de Touraine au sein de l’hôpital de Clocheville à Tours. Depuis sa création, ce ne sont pas moins de 17 hôpitaux de France qui ont rejoint l’association.

Elle a pour but de redonner le sourire aux enfants hospitalisés ou en longue maladie, en leur proposant des spectacles de magie ou en réalisant leur rêve.

Magie à l’hôpital compte plus de 110 bénévoles dont 30 magiciens qui effectuent leurs spectacles entre 1 à 4 fois par mois selon les hôpitaux. L’association réalise en moyenne 1 rêve d’enfant tous les 2 jours (hors pandémie).

Depuis 2013, c’est Eric ANTOINE, célèbre magicien, qui est le parrain de l’association, n’hésitant pas à donner de son temps dans les services pédiatriques avec ses interventions « magicomiques » et en participant à des émissions au profit de l’association.

« Nous sommes persuadés qu’un enfant heureux guérit plus facilement ! »

Pour en savoir plus sur Magie à l’hôpital et faire un don https://www.magie-hopital.com/

 

Interview de Stéphane Henry, directeur de Magie à l’Hôpital

 

Parlez-nous de vous :

Stéphane HENRY : Je suis Stéphane Henry, directeur de Magie à l’hôpital depuis janvier 2021 et avant président de l’association depuis 2012. J’ai également été le trésorier de 2006 à 2012 donc dans les actions de Magie à l’hôpital depuis sa création.

L’association a été créée en 2006 sous l’impulsion d’Éric FROT, qui est venu faire de la magie à Tours. Le but est bien entendu de faire de la magie dans les hôpitaux, mais également de réaliser des rêves d’enfants. Aujourd’hui, nous avons des conventions dans 18 hôpitaux, un peu partout en France.

Il y a un tout un protocole d’intégration des magiciens dans les hôpitaux dans lesquels on va à la rencontre du personnel soignant, on fait quelques tests dans les différents services pour voir si tout se passe bien. Les magiciens, comme le personnel soignant, peuvent nous faire remonter les rêves des enfants hospitaliser afin que l’on puisse les réaliser. Nous avons pu par exemple assister à tous les enregistrements de l’émission « Le plus grand cabaret du monde » de Patrick SEBASTIEN jusqu’à son arrêt en 2019.

Nous avons la chance de pouvoir continuer de partager l’univers de la télévision et l’envers du décor grâce au parrain de l’association, Eric ANTOINE, qui permet à des enfants d’assister à « Incroyable talent » et de rencontrer des artistes.

Nous développons également depuis quelques années un troisième point, les manifestations, dont le but est de rassembler les familles sur une journée spéciale, afin de passer un moment ensemble. Cela peut par exemple être une chasse au trésor dans le parc d’un château.

Est-ce qu’il y a un rêve d’enfant qui revient régulièrement ?

SH : Il y en a un qui est compliqué, que je pense que nous n’avons jamais réalisé aujourd’hui, ce sont les petites filles qui rêvent de rencontrer une princesse. C’est très compliqué de rencontrer une princesse ! On a imaginé un jour contacter Monaco pour voir s’il n’y avait pas une princesse que l’on pourrait rencontrer.

Mais on les emmène quand même à Disneyland, c’est tout ce qu’on a pu faire, car c’est un rêve qui reste très compliqué.

Quel a été l’impact de la pandémie sur l’association ?

SH : Dès début mars, nous avions senti que ça allait se compliquer dans les hôpitaux pour les interventions des magiciens et donc, on a décidé de stopper leurs interventions dès cette période-là, le temps de savoir ce qu’il se passait.

Lorsqu’il y a eu le confinement, sur les 20 hôpitaux, il nous en restait plus que 5 où l’on pouvait intervenir, tous les autres étaient fermés aux associations.

Ça nous a obligé à nous remettre en question, à trouver des parades pour pouvoir faire de la magie autrement. On a en conséquence développé la magie par visioconférence malgré la difficulté de connexion dans les hôpitaux.

On avait acheté des ordinateurs qu’on avait laissés aux éducatrices. Les enfants avaient soit la possibilité de voir des magiciens, qui de chez eux, faisaient des tours de magie ; soit de participer à des ateliers de magie. Pour ce faire, on a envoyé des cadeaux magiques (tours de magie) aux éducatrices qui réalisaient ces ateliers par groupe de 5 ou 6 enfants avec le magicien en visioconférence, ce qui leur permettait d’apprendre des tours de magie. Aujourd’hui, cet atelier se poursuit dans certains hôpitaux, comme à Dijon par exemple.

On a également rédigé avec l’hôpital de Clocheville à Tours, tout un protocole d’intervention dans les chambres, comme le fait de ne pas faire toucher les objets aux enfants, désinfection des mains à l’entrée et à la sortie, tous les tours de magies sont dans des sacs plastiques et restent à l’hôpital, etc. Ce qui permet de garantir un minimum de sécurité en termes de contamination et de pouvoir intervenir dans les hôpitaux, ce qui n’était pas le cas de toutes les associations. Ça montre aussi le sérieux et la rigueur de l’association, ainsi que notre professionnalisme malgré les faits que nous soyons des bénévoles.

La COVID nous a donc obligé à nous adapter en termes de magie, mais encore en plus en termes de rêves, car on est dépendant des spectacles, des parcs, etc.

Cela ne nous a pas empêché de continuer à préparer les rêves et de ne pas attendre de savoir si les parcs allaient fermer ou non. Au besoin, on a fait des reports ou des rencontres avec des artistes en visioconférence, qui a été un palliatif à la réalisation de rêve.

Quelles sont les ambitions de l’association ?

SH : Des projets, on en a. Pour commencer, on a un gros projet qui va être renouvelé en 2022, qu’on a fait pour la première fois en 2021, c’est « 10 000 cadeaux pour 250 hôpitaux ». Ce n’est pas une blague, on a acheté 10 000 cadeaux magiques, même plus pour préciser la chose. Ce sont des boites qui contiennent 4 à 5 tours de magie. Puis, on a contacté les 250 hôpitaux pédiatriques de France, un par un, grâce à des bénévoles, et on leur a demandé combien de lits ils avaient dans leurs services. Notre objectif était d’offrir le nombre de cadeaux correspondant au nombre de lits. On a dépassé les 13 000 cadeaux pour 2021 qui était une première expérience pour nous.

On a également prévu une chasse au trésor avec une nouvelle thématique, un concours de château de cartes où les mécènes pourront venir et participer, des journées magiques dans les hôpitaux qui rassemblent un maximum de magiciens français avec notre plus grande baguette magique du monde qui fait 37m de long sur 2m de diamètre et qui malgré le fait qu’elle soit gonflable, est difficile à transporter ! (rires)

Mais aussi des projets de casques de réalité virtuelle, qui s’inscrit davantage dans le cadre du soutien aux soins des enfants.

Et depuis l’année dernière, on a développé des appels à projets pour les hôpitaux, c’est-à-dire qu’on leur demande s’ils ont des besoins, comme par exemple une salle de jeux pour enfants dans laquelle intervient notre magicien et qu’ils auraient besoin de remettre en état avec de l’ameublement.

 Un mot pour la fin ?

SH : On est très heureux et fier d’avoir Manika comme partenaire. Ce qui est important pour nous, c’est que ce soit sur le long terme, car c’est ce qui va nous permettre de faire des projets. Les rencontres et les échanges que nous avons eus nous ont permis de nous rassurer par rapport à notre partenaire, qui est là pour aider les enfants et nous permettre d’avancer pour ces derniers. C’est de la confiance mutuelle et nous ferons tout pour vous tenir au courant des projets qui auront lieu sur 2022.

Related Posts

label Impact Index MANIKA

RSE : MANIKA est labellisé ImpactIndex par ChooseMyCompagny

MANIKA décroche le Label ImpactIndex® / ChooseMyCompany pour la qualité de notre Impact Environnemental et Social Le Label ImpactIndex® by ChooseMyCompany analyse l’impact des pratiques et politiques RSE des entreprises d’après les avis des salariés ! Gouvernance, Capital Humain, Engagement Environnemental, Social, Commercial…le label ImpactIndex® de ChooseMyCompany explore les 6 piliers de la RSE des organisations et repose à

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.